vendredi 14 septembre 2012

ROLAND BARTHES ET LA PHOTOGRAPHIE: HISTOIRE D'UNE SEDUCTION DOULOUREUSE. Driss EL KORRI

Cet essence est-elle basée sur l’intentionnalité au sens phénoménologique du terme? La lecture que Roland BARTHES fait de la photographie il l'a voulait, à la fois, globale et de synthèse.             Des phrases et des mots génèrent cette « douleur », des autres la "chuchotent". Roland Barthes annonce que « l’instant décisif » (selon l’expression du photographe artiste Henri Cartier Bresson) ne peut être qu’illusion et mirage puisque le présent est tellement éphémère. La pose? Une fixation d’objet ou de corps qui « éternise » le « souvenir ». Si ce n’est le punctum qui passe en laissant une « trace ». Une trace « filtrée » « phénoménologiquement » par la réceptivité exceptionnelle de ce critique littéraire hors pair.

Ce pendant l'évidence sous-jacente dans l'approche multidisciplinaire de Roland Barthes consiste a supposer que la photo est porteuse non pas de message culturel seulement - au sens anthropologique du mot - mais de l'émotion emmagasinées dans le temps de la "prise": La lecture si révélatrice de la douleur et de la séduction en est une preuve.
A suivre...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de nous dire ce que vous en pensez.